( 6 avril, 2010 )

je préfère Satan

j’ai été roué de coup

traité de con et de fou

j’ai été renié par mon père

repoussé par ma mère

ignoré par mes frères .

 

je n’avais sur mon chemin

que certains

amis qui me tendaient leurs mains.

 

indésirable dans la grande famille

écrasé comme une chenille

j’étais tout simplement sans vie

j’ai emis des pleurs et des cris

rien ne me répondait mis a part le néant

qui me poussait dans un gouffre béant.

 

pourtant j’ai fais de mon mieux

essayé d’être un pieux

prié chaque jour Dieu,

j’ai imploré son pardon
en employant un bon ton

même quand je n’ai rien fais

bref, j’étais d’un bon attrait

comme le voulait Dieu

le maître des cieux

 

malgré tous mes efforts

je vois maintenant que j’ai eu tort.

de faire confiance

à ceux qui n’ont jamais voulu mon aisance.

 

et je crie à présent

que je préfère satan.

je préfère faire confiance au diable

dans l’espérance de ne plus avoir une vie aussi désagréable.

 

je préfère satan

pour ne plus mener l’existence d’antan

 

puisque lui au moins ,

en partageant ses « points »,

il ne fait pas de distinction

il frappe de la même façon

 

le diable agit promptement

comme la mort tue normalement

 

je préfère le démon

puisqu’avec lui j’ai de renom

on peut tout avoir sans grand effort

sans avoir peur d’être mis à mort

avec lui, on est préparé à tout
et on a tous les atouts

je préfere satan

pour être independant

je préfere  lucifer

pour tout faire

( 12 mars, 2010 )

la pluie

déjà presque vingt ans .

d’ailleurs on ne se souvient plus du temps

que la nature  a refusé toute clémence à notre égard.

tout se meurt et tout s’égarre.

 

je suis né dans cette catastrophe dépaysante.

nous n’avons jamais connu la pluie bienfaisante.

non jamais.d’ailleurs nous ignorions son existence

parce que nous n’avons connu que l’abondance

de sa demi-soeur la secheresse .

la pluie étant devenue notre ex.

 

je ne me souviens plus de ce que m’ont les anciens

je sais seulement que chacun  était devenu un allien

pour son prochain.pour avoir une goutte  d’eau

on était prêt à briser les os

à son voisin.on mourrait en flot

chacun portait éfficacement son fardeau

dans son dos.

 

on était des morts vivants

personne n’avait de poids. tout le monde est  aussi léger que du vent

 

nous en sommes même arriver

à nourrir des gens pour qu’ils puissent uriner.

urine qui nous servait d’eau par la suite

on conservait bien le tout;on ne tolerait pas  de fuite

et les femmes étaient les meilleures dans ce domaine.

c’est pratiquement la seule bésogne où elles nous elles nous dominent:

uriner abondamment

après avoir manger dangereusement.

 

au début , on buvait le lait des animaux.

mais la chaleur était trop et les maux

étaient insupportables pour eux alors , ils disparurent

et seules leur peaux nous servent maintenant de parrure,

de tapis et de  natte.

 

puis brusquement,on ne sait plus comment, à catte date ,

il s’était mis à pleuvoir .

il fallait venir voir .

cela a commencé d’abord nonchalamment

et après vaillement.

 

nous sommes heureux mais nous avons eu trop de mort

trop de peur et maintenant, il faut qu’on dort

 

la pluie est là

mais nous , nous sommes las.
 

 

 

( 8 février, 2010 )

dernier commandements

j’ai brisé des os
porté des fardeaux
j’ai éventré des femmes
dépecé des dames

j’ai violé la nature
je me croyais mature.
j’ai usé des drogues
envoyé des gens à la morgue

j’ai bu de l’alcool
« cela me rendait plus cool »
j’ai été un fou qui raffole
du placard et de la taule

j’ai trahi des potes
je leur ai envoyé des coups de bottes
dans le cul.je haie la vie
et j’ai toujours eu des envies

je n’ai jamais parlé de Dieu
jamais je n’ai été un pieux.
jamais je n’ai diabolisé le diable,
ma vie n’est pas enviable.

je n’ai jamais cru en la vie
j’ai jamais dit « je vis »
j’ai sombré dans l’inexistence
jamais je n’ai demandé assistance

bref , j’ai souillé l’univers
j’ai tout fait à l’envers
rien à mes yeux n’avaient de la valeur
j’ai jamais craint, jamais eu peur.

je n’avais jamais tort
je me croyais plus fort
je n’avais jamais fait d’effort
et que sais-je encore?

à présent que je suis et vieux
et mourant, le mieux
c’est de vous dire
que vous pouvez évitez le pire,

mon pire.donnez vous la chance
mettez en marche votre intelligence
faites cracher à la nature la vérité
brisez avec des livres votre anxiété.

gardez toujours le sourire
soyez toujours fier de subir
les répercussions
de vos actions

vivez normalement
et les portes vous serons ouvertes grandement.

( 26 janvier, 2010 )

Je te le jure

je te jure que si nous nous marions,
je te ferai faire des voyages en avion.
tout ce qui te plaira, je te l’achèterai
de présents je te comblerai.

Mais quelques temps après tu seras malheureuse
je te deviendrai une personne affreuse.
ta vie ou plutôt notre vie de couple te sera hideuse.

par contre, je te ferai bien l’amour
tu me désireras tous les jours
je te ferai rire aux éclats
tu auras à chaque instant le film de nos ébats.
je te ferai t oublier je t’épaterai

mais je t’assure que je te battrai
que je te ferai et crier et pleurer
je serai ton soucis permanent
je te violenterai en te mentant.

je te causerai de gros problèmes
mes conneries te rendront blême.

hormis cela,
avec moi
tu connaîtras le monde
les soirs quand la ville s endormira, on fera la ronde
nos soirées en tête à tête te seront inoubliables
je te ferai te sentir et forte et redoutable.

mais je te jure qu’une fois marier
tu me méconnaîtras en entier
je guiderai notre couple d’une main de fer
et toi tu n’hésiteras pas à me comparer à Lucifer

malgré cela,
faudrait que tu saches que moi
je suis ta seule chance.
grâce à moi, tu auras une nouvelle existence.
des histoires d’enfants je t’en raconterai
tous les soirs ou presque je te bercerai.

mais il est évident qu’avec moi
tu n’auras pas le choix

une fois marier, tout s’accomplira je te le jure
tu auras le temps de constater que je ne suis pas parjure

fuir pour aller chez tes parents
te plaira mais tu me trouveras trop craquant
pour m’abandonner
parce que je t’aurais trop donner

je te jure que tu seras indécise
parce que je t’aurai soumise
tu n’auras pas de révolte dans le sang
ton soucis sera de me plaire de temps en temps

mis à part cela
faudrait que tu saches que je te chouchouterai
quand tu seras malade.souffrante, je te cajolerai
je te ferai des cadeaux immenses
je te mènerai pêcher à la nasse.

mais je te jure que je te tuerai si tu me disais:
<>
je ferai de toi une esclave indéfiniment
je te surveillerai durement

après ces moments, je t’emmènerai danser
tu te feras belle pour aller me chanter
des chansons d’amour dans des karaoké
de ta vie et de ton monde ,je serai la clé

tout ce que je te dis se passeras je te le jure
parce que tu sais que je ne suis pas parjure

« maintenant, à toi de voir
si cela vaut le coup de vivre avec moi
tu sais que je t’adore et te déteste
et je sais que je suis ton pis et ton meilleure et le reste

alors si tu aimes les secousses, viens!
si tu adores les agitations , viens!
si tu veux un époux double , viens!

 

j’attends ta réponse et saches que malgré tout je t’aime.

( 5 janvier, 2010 )

lire:ma vie

lire:ma vie dans Liens moz-screenshotimgblog020905livres.jpg
ma vie ,si  j’en ai une, je la dois à mes livres.

ces petits bouquins de rien du tout qui me rendent libre

et sobrement ivre .

 

que pourrai-je sur terre sans mes Konsalik?

comment serai- sans Don Quichotte et toute sa clique?

absolument rien du tout puisqu’ils sont les derniers

soupirs de mon être anéantit dans son entier.

ce n’est pas me vanter.non.lire c’est ma vie

sans livres mes , mon existence serait encore pis.

je serais mort sans savoir qui je suis .

car que puis-je faire sans mes Allan Edgar Poe?

sans Kipling , Mac Phee et son breslo?.

évidement rien.car je considère

mes livres comme Munichandra considère

les êtres innocents nés d’une mère .

 

si lecture

était considérée comme rupture

avec l’éthique

je serai le plus immoral de toute l’Afrique.

si lire était synonyme d’enfer

je serai le premier à m’y rendre par les chemins de fer.

puisque je peux rien sans Walter Scott et Milton

sans Robin des bois et Chesterton

sans henri Pourrat

et Aventura

 

quel serait mon sort

sans Philes Réné-Victor?

qu’adviendrait-il de moi sans Hugo et Chateaubriand

sans Mérimée ,Breton ,Soupault et sans les marchands

d’esclaves de Ouologuem

dans le pays du Nakem?

 

pourrai-je avoir une  vie sans Kourouma

sans Adiaffi et Laye Camara?

comment pourrai-je prétendre exister

sans avoir connu la liberté

de Mabanckou Alain

sans avoir été présent avec l’absent de Rapon Alain?

 

que dirais-je de mon passage

sur terre si n’avais pas fais de ravage

dans les oeuvres en flots

de Lilian kesterloot?

 

pourrais-je m’appeller homme

sans connu O. B. Quenum?

sans m’être balader avec mes  Ken Bugul?

pourrai-je faire usage de ma gueule

dans l’univers sans avoir connu Biton Coulibaly

et Couao-Zotti ?

 

pourai-je tenir tête à la vie

Sans Yves Dogbé et pis

m’aurait -il été possible de sortir de mes chagrins qui

m’enlisent sans Pham Van Ky?

sans Némours ,Dékora , irish , Vernes et le vieux Hemingway?

serai-je moi sans Aragon et Louise l’Abé

sans Kathérine Mansfield et Huxley?

m’aurait-il été possible d’avoir le sourire

sans avoir lu tout ce  qu’a pu écrire

Chaucer, Pope , et Shakespeare?

n’aurrais-je pas toujours marre

de la vie sans Donne et Rétamar?

pour être succinct , je dirai que sans eux

je ne mènerai pas cette vie de débauche ou de pieux

dans laquelle je me sens si fier sur cette terre

dont l’objectif était de me faire taire.

oui! un mutisme meurtrier

dans lequel je me verrai catapulter

par cette vie qui est plus qu’assassine .

je serais une loque humaine sans W. Sassine

ignorant comme un musulman qui ne connaît pas la médine.
j’aurais été  un déchet humain,

 

un malade, le contraire de malin

sans Nagognime Urbain Dembelé

Rimbaud, baudelaire et Mallarmé.

bref mes livres me font vivre autrement

ils me permettent de tout dire librement.

et cela est normal vu le nombre d’axel Torn

que j’ai dans la tête.une tête qui refuse le terne, le morne.

 

je serais tombé plus bas que la poussière , plus bas

que je ne sais plus quoi

si je n’avais pas  mes Hamadou Hampaté Bâ.

 

pour tout clore ,

je dirai que mes efforts,

tout ce que j’ai pu faire , dire ou écrire                                           pilelivres.gif

je le dois mes livres et ce sans mentir.

 

même si  je ne vie pas et ne fais qu’exister ,

je le dis: en vérité

je n’aurais ni rimes ,ni proses, ni vers.je serais une personne folle

sans mes Aminata Sow Fall.

 

oooooooh! que je respire de bonnes bouffées d’air

avec mes Balzac et Molière

avec mes Nouwligbèto , Pliya et Rousseau.

mes Wilde sans qui je serai sur le carreau.

lire, c’est tout simplement ma vie.

 

51hsn9e2j9lsl500aa240.jpg

( 16 décembre, 2009 )

Once upon a time

il étais une fois

dans un village entouré de bois

une jeune fille que vous connaissez tous

une jeune belle qui vit seule dans ce village, dans ce trou

 

il y a de cela des années

j’ai rencontré dans ce même village     la jeune aveugle

la pureté d’un nouveau né

dans les yeux sans vie de cette fille sur mon sillage

 

il étais une fois

une jeune fille  dans un village sans nom

situé à proximité d’une ruelle parsemé de goudron .

cette jeune fille ma foi

 

était  d’une beauté imbécile

teintée  d’une extravagance insupportable.

sur son visage, la beauté de ses cils

anéantirait le plus  indomptable.

 

il y a de cela des années ,

je n’ai plus revue cette fille

en qui et sur qui tout brille .

les ans ont cessé de passer

 

seuls les jours s’en vont maintenant

irrémédiablement

 

il y a de cela des jours

que la lumière de ma vie  s’est éteinte

j’avais décidé  de m’en aller à mon tour

pour aller rejoindre la défunte

 

mais…

la seule vie qui restait dans ce village indien

a brisé les liens

qui l’unissait à l’existence.

elle a enfin pu  échapper a sa vigilance.

 

il y a de cela quelques heures

que s’est resserré mon coeur

quand je mis sous terre

ce corps qui n’avait jamais parlé,qui n’avait fait que se taire

 

il y a de cela quelques minutes ,

je me suis rendu compte que j’ignorais même le prénom de la fille à la beauté brute

 

il y a de cela quelques secondes

je me suis essuyer larmes

dues à la douleur profonde            femme2png.jpeg

qui commence à m’irriter l’âme.

AZOGBONON  ROSS PATRICK

 


( 15 décembre, 2009 )

Je veux dire …..

Je ne sais plus franchement comment

l’inspiration m’arrive en ce moment.

grâce à toi j’ai déjà tout écrit

mes vers n’ont plus rien dans le ventre, ils ont déjà tout dit.

 

néanmoins, je sens des mots  se bousculer dans ma plume

ils veulent sortir pour faire derechef ton éloge même si aujourd’hui cela sera minime.

que veux-tu?, il faut se vider

quand on se sent constiper

 

il faut que tu saches que je sais que Prisca

est parti pour le canada

sans quoi je serai certainement en contact  avec toi.

 

qu’avons nous fait pour que l’existence s’acharne autant sur nous ?

pourquoi le destin nous enlise t-il dans un gouffre, dans un trou?

bref aujourd’hui je veux dire

tout ce que je n’ai pas pu écrire
je veux clamer toute l’insolence             gift.jpg

qu’il y a dans ce toi qui fait violence

sur moi.oui.cette candeur imbécile

qui me  faisait froncer les sourcils.

 

cette beauté insupportable qui avait l’avantage

de me soumettre davantage

 

je veux parler de l’originalité

de cette féminité

qui a la possibilité

de me faire rugir sans pour autant me faire sortir de mes gongs

je veux peindre cette diablerie à la con

que tu exerces sur moi qui devient poltron

 

pour être succinct

je tiens
à dire toute l’abomination plaisante
que tu es pour moi jolie femme énervante.1050398.jpg

je veux dire la dramatique
efficacité qu’a sur moi cette fantastique

animosité de ta part .

c’est ce qui fait de toi une femme à part.
i love u Mouïnath

 

 

 

 

( 17 novembre, 2009 )

L’histoire d’une vie qui commence à l’envers(celle de mon mal)

« Quand vous pèse un poids insupportable, un vide béant ,vous vous demandez si un jour il vous sera possible de l’envoyer balader dans l’oubli.Mais au bout de quelques temps , vous vous rendez compte qu’au lieu de se contenter de s’accoler à vous d’être un poids une plaie incurable ;qu’il est en vous , qu’il se confond à vous et devient vous.

L'histoire d'une vie qui commence à l'envers(celle de mon mal) dans Liens moz-screenshot azibock

On oublie jamais.On peut pardonner.les circonstances de la vie qui vous ont les plus marqué deviennent malgré vous,vous.Tout est mis en oeuvre par l’existence, la nature pour vous le rappeler chaque fois.Une insipide solitude teintée d’une peur viscérale de vous hante .Une hideuse antipathie pour la vie s’empare de vous.

Levous ronge au plus profond de vous .Les larmes se refusent à vous mais se présentent constamment à vos yeux et disent quand il s’agit de couler

Le rire, le sourire même quand ils se dessinent sur vos lèvres ne sont rien d’autres que des injures proférées à l’encontre de la vie.Ils sont là par manque de pleures.ils sont plus amers que les larmes.Ce sont en fait des venins.

vous allez, vous venez.Les gens vous regardent et vous disent sans soucis.

vous allez vous venez.les gens vous regardent et vous envient.

Proposez leur   une infime partie de vos peines.

diront-ils.

et vous vous répétez le avec un sourire narquois.

il faut être  à votre place pour savoir que quand on à eu trop mal on cesse d’avoir mal.trop de mal tue le mal.vous ne « savez »plus le mal vous savez juste que vous êtes  un mort à qui la  nature refuse un cercueil pour le simple plaisir de vous voir errer avec vos pleures internes vos sourires effacés et le poids de votre mal.

il faut connaître ce que vous avez pour ne plus savoir ce qu’il faut dire .

vous avez beau vouloir vous accrochez à la vie  mais l’existence vous fait des  » propositions » qui vous découragent et vous rappellent que vous n’êtes en fait qu’une loque humaine .

On oublie jamais.paraît-il qu’il y ait des maux qui vous font de l’ombre même  dans la tombe .Et je dis ce que j’ai toujours dit:<

azibock

( 17 novembre, 2009 )

visiteur insolite

Il ne prend pas le temps de frapper à votre .C’est selon son humeur .Il entre chez vous timidement ou brusquement.Vous perdez peu à peu le sommeil ou vous le perdez « fatalement ».je dis c’est selon.C’en est fait de vous.vous êtes mort ou vous êtes heureux éternellement(quoique cela soit rare).vous avez beau jouir d’une force herculéenne.quant-il vous rend visite sincèrement, vous devenez aussi fragile qu’un poux , aussi con qu’une bête, aussi bête que je ne sais plus quoi.L’existence vous abandonne et la vie vous revient.vous avez beau lui fuir -ignorant tu fuis avec lui!

il ne te lâche plus d’une semelle.il sème à la fois et le vent et la tempête  et l’ouragan dans ta vie.visiteur insolite j’ai dit.il chamboule tout dans ta vie mais il  ne te rends  pas aveugle.oui.il n’abrutit point au contraire..

Quand il te rends visite c’est en fait pour mésurer ta capacité à l’apprécier, à l’héberger.Tes capacités de compréhension,de fermeté,de discernement et de pardon sont mises à l’epreuve.quand tu l’apprécies mal ,il claque la porte de chez toi et s’en va et c’est à ton tour de le rechercher.Crois-moi il te seras difficile de le retrouver .Et toi tu vivras avec la pensée de lui.

( 12 octobre, 2009 )

Lâche

tu as l’art de me faire perdre mon verbe quand je te vois ou t’entends. je t’ai hissé à un niveau qui dépasse l’entendement et qui maintenant ne me propose qu’une seule solution:agir en lâche. le besoin de toi près de moi s’en va grandissant toutes les secondes.je t’écris pour provoquer ta présence.je t’aime.et tu le sais n’est ce pas?

l’existence que dis-je? toi,tu m’as proposé mille et une occasion et mille et une fois j’ai tout foutu en l’air. si je bénéficie actuellement de cette solitude insipide et indescriptible, ce n’est pas de ta faute mais plutôt grâce à moi.lâche.

il y a un début à tout dit-on.mais si les débuts on l’art « du commencement »et de l’espérance,la « lâcheté » se propose comme tant l’art de la  fin.

à présent que pense tu de moi?

on est pas imbécile au premier coup.on le devient à fore de persister sur le chemin infructueux de la première fois.le mieux pour moi serait que tu me rejettes et qu’ à partir de cette erreur par moi commise  j’apprenne une bonne fois pour toute la leçon.si tu m’accepte je croirai que j’ai bien agi,que je ne suis pas un lâche et je continuerai avec la même tactique …à moins qu’avec toi , pour le restant de ma vie je me case.

123
« Page Précédente  Page Suivante »
|