( 26 septembre, 2017 )

la condition nécessaire à la liberté absolue

Je compte les jours comme on compterait ses doigts.

Je regarde les nuits se suivre comme se suivraient des chants d’oiseaux

je contemple le ciel, il parait si loin ma foi !

Puis j’écoute les murmures nocturnes que je trouve si beaux !

Le bruit du train qui passe au loin me rappelle de belles aventures

le son de l’avion qui fend le ciel me fait rêver d’un nouvel horizon

De mon balcon, je vois des gosses jouer à ma devanture

comme je voudrais avoir leur insouciance ces polissons !

Mais la vie d’un adulte est tout autre

les enfants s’amusent et les grands pensent

et pendant que dans la boue il se vautrent,

toi tu te questionnes sur ta vie, sur son sens !

Et puis , je recompte les jours comme on compterait ses doigts

et ce que la nuit me propose est aussi monotone que routine

Ce soir comme les autres, je lirai un livre mais à haute voix

ou suivrai-je peut-être à la télé ce documentaire qui relate la vie de Poutine !

Et me revoilà au lendemain

les jours passent mais ne se ressemblent pas

les nuits sont pareilles, il n’y a pas de quoi se frotter les mains

Je sortirai aujourd’hui , c’est dehors que je prendrai mon repas

Et je compte derechef les jours comme on compterait ses doigts

La nuit viendra, je verrai bien ce qu’elle me réserve

en attendant, je prie pour ce que cette lassitude n’est raison de moi

je me couche en attendant que passe cette averse !

( 26 septembre, 2017 )

Parce qu’être père…

Parce qu’être père c’est aussi aller à la mer
avec sa progéniture et jouer à l’homme à tout faire.

Parce qu’être père c’est aussi niquer des mères,
défendre son enfant contre les vipères.

Parce qu’être père c’est aussi dire oui à un verre
car des fois tu as besoin de te mettre les idées claires

Parce qu’être père c’est aussi regarder par terre
à sa place, pour qu’il ne tombe pas dans un cratère.
Parce qu’être père c’est aussi s’envoyer en l’air
si tu ne veux pas exploser de colère.

Parce qu’être père c’est aussi penser à se taire,
le laisser commettre des erreurs et l’aider à se refaire.

Parce qu’être père c’est aussi dire ‘’je suis fier’’,
l’encourager et lui dire combien il t’est cher.

Parce qu’être père c’est aussi accepter de déplaire,
le papa doit être aussi, des fois, un donneur de leçon hors pairs.

Parce qu’être père c’est prendre soin de la mère,
Mariés ou pas il lui faut ses parents ‘’pairs’’

Parce qu’être père c’est aussi aimer l’amer,
car il va t’apporter histoires et affaires.

Parce qu’être père c’est aussi régler les questions agraires 
oui, il faut accepter lécher l’endroit où tu as vu sa vie s’extraire…

Car, Parce qu’être père c’est aussi contenter la mater
de ta progéniture sans qui tu ne saurais pas père.

Parce qu’être père c’est aussi être maître en argumentaire
et ne jamais user de la violence envers ta famille car c’est fragmentaire 

Parce qu’être père enfin, c’est servir de repère
car il faut que ton enfant puisse compter sur toi et que tu l’éclaire.
                Parce que tu es père.
( 6 mars, 2012 )

Pourquoi j’ai si mal

Sans aucune raison mon cœur pleure !
Il pleure des larmes que je ne vois pas.
Pourquoi ai-je l’impression qu’en moi tout se meurt ?
Il vient d’où se mal sournois

qui me plie sous son joug comme un esclave ?
Ça pleure dans ce cœur comme ça pleure le funeste
où es-tu mon Dieu et pourquoi ce mal m’écrase-t-il comme une lave ?

D’où vient il cette sensation étrange sans que je ne sois au courant ?
Et pourquoi a-t-il prit possession de cette âme déjà souffrante ?
Ça pleure dans ce cœur comme ça pleure la rage de dent.
Pourquoi cet état après des heures euphoriques et bien marrantes ?

Pourquoi j’ai si mal ?
Pourquoi black, je suis si pâle ?

Oh ! Existence, tu me donne matière à m’apitoyer sur moi.
Tu m’ôtes tout rire , toute joie.

Ça pleure dans ce coeur des larmes internes
difficilement supportable et qui rendent un instant ma vie terne.

Oh ! Solitude infâme !
Pourquoi tiens -tu as briser cette âme ?
Dépression encombrante ! Fais de moi ce que tu veux
et vite va t-en!point je ne t-en veux

( 20 février, 2012 )

Demande à Dieu

« Chaque expérience sentimentale est unique »dit-on.
J’ai toujours vécu ma vie sans jamais chercher à vérifier ou infirmer ce dicton.
Dans mes noces je parlais de toutes ces femmes que j’ai connues,
de celles que j’ai voulues et de celles qui m’ont déplues

L’histoire que je m’en vais coucher sur ce papier a tout avoir avec moi
comme la plupart de mes écrits d’ailleurs ; seulement voilà
celle-ci est juste un peu spéciale, un peu trop même
je crois que je suis allé jusqu’à lui dire « je t’aime »

Trop de choses ce sont passées quand j’ai commencé à écrire
alors, à certains niveaux, j’ai dû faire des retouches au risque de me médire…

Et je continue cette histoire en m’adressant directement à elle

«Tu sais, depuis que j’ai quitté l’Iran, Téhéran précisément et toute sa beauté,
jamais je n’aurais cru avoir un jour le cœur aussi serré.
Au fil des semaines, je me suis accommodé à ta présence.
Tout fini en moi et je ne ressens plus aucune aisance
quand je n’entends pas cette voix, quand je ne vois pas ce sourire
se dessiner sur ces lèvres qui me donnent toujours faim!que dire ?
J’ai finalement accepté ma folie si c’est toi la cause
j’ai finalement opté pour la démence sans savoir la chose
qui systématiquement m’enfonce de jour en jour .
Et ce poids, ce poids que j’ai sur le cœur toujours
d’où vient-il? Et ces larmes qui coulent dans mon intérieur
pourquoi me font elles si mal?pourquoi?c’est où l’erreur
que j’ai pu commettre ? Mon Dieu est-ce une farce ?
Pourquoi je me sens si mal dans cette posture, à cette place ?

Tu sais en quelques temps, je suis devenu un gamin
Je fais et dis des trucs idiots mais en fait c’est que j’ai besoins de tes câlins.
Si je suis ou paraît souvent con, saches que c’est pas moi qui agit
mais plutôt une force invisible que je ne contrôle pas et qui me pousse et de jour en jour, c’est pis.

Tu sais, si j’ai perdu la tête,ce sont ces yeux, ce corps, cette voix
cette odeur diaboliquement magnifique qui rendent Ross pantois.
Si je suis à bout de force, c’est que mon, cœur s’embrase
et c’est ce désir de toi qui en est la base.
Seul Dieu, si tu lui parle , pourra te dire comment je vis mes week-end.
Cette faim de te voir et de te manger peu à peu, pas à pas comme une dinde
doucement, lentement pour que tu ne finisses jamais dans ma bouche
Cette envie de te prendre et de rentrer en toi pour faire de toi ma souche
me torturent et me rendent encore plus con.
Même si je vis mal, je ne veux pas guérir car tu es un don.

Demande à Dieu et il te dira comment je suis quand je ne te vois pas.
Demande au diable et il te dira combien de folies je fais quand tu n’es pas là.
Demande à la nature et elle te dira si je vis toujours ou si je suis déjà mort.
Mais si tu demandes à mes amis, ils diront que c’est toi qui m’as jeté un sort

Tu sais, je te dis toujours:c’est pas ta faute bien au contraire
c’est moi qui à toi me suis attaché et n’arrive plus à me défaire.
Tu es ou tu as été mon Antigone mais j’en veux encore plus
et toi, toi tu ne veux rien de plus.

On dit qu’avec le temps cela cicatrise
je m’en fou de ce que les gens disent
mais au plus profond de moi, je n’en peux plus!Walaï
et je ne sais pas comment sera le reste de ma vie
si je ne peux toucher ce que je désir, souhaite et estime par dessus tout.
Le mieux serait de vivre en fou.

I hope incha Allah, ca ira.
Pardonne moi car je suis sûr que je commettrai toujours des idioties çà et là
tant que je te verrai seulement rappelle toi c’est une force invisible qui agit
et Ross obéit »

je t’écris au cas où…

( 6 juillet, 2011 )

i hate you

i hate you

pour les larmes que j’ai coulé
pour toutes les nuits blanches que j’ai passé
tout en étant dans mon lit cloué
I hate you
pour ce sourire emporté
pour ces rires et éclats de joies que tu m’as enlevé
I hate you
pour ce rêve inachevé
ces désirs inavoués
et je te hais
pour ce coeur que tu gardes emprisonné
cette envie de toi que m’as confisqué
pour cette absence continue
pour cet abandon que j’ai pas voulu
et puis je te hais
pour cet amour que j’ai pour toi
pour cette infidélité ma foi!!!!!
pour cette rupture,cette césure,cette cassure,cette brisure cet divorce
pour ce départ en force.
And I hate you
pour cette solitude dans laquelle tu me plonges
pour cette souffance qui me ronge
pour cet voyage nocturne inopportune
pour cette vie d’infortune
je te hais
parce que je t’aime tourjours
et mon désir tu le sais mon amour
est que tu ne meurs pas avant moi.
Pourtant tu es parti me laissant porté tout seul cette croix
je te hais
parce que j’aurais aimé décédé avant toi
je verse toute une pluie de larmes tu vois

tu es moi et moi je ne suis plus rien
je te hais parce que tu es morte en apportant tout ce qui est mien:
toi
je te hais et t’adore ,te déteste et te désire,te regrette,t’en veux, le tout à la fois
I hate you
I love you

( 9 novembre, 2010 )

la valeur du temps

« ce texte n’est pas de moi.c’est une amie iranienne qui me l’a envoyé comme message je l’ai lu
et je l’ai aimé.il y a une certaine similitude dans cet texte et ma >.
je n’ai pas voulu faire la traduction (it may lost its authenticity) par soucis de garder l’original et ou de rester fidele a un texte indépendant.d’ailleurs il n’aurait pas sa valeur si je le traduisais.
je risque de faire du tort au message du texte qui en fait ne m’a rien demandé »

value

ارزش!

To realize The value of ten years: Ask a newly divorced couple.

ارزش ده سال را، از زوج هائی بپرس که تازه از هم جدا شده اند.

To realize The value of four years: Ask a graduate.

ارزش چهار سال را، از یک فارغ التحصیل دانشگاه بپرس.

To realize The value of one year: Ask a student who Has failed a final exam

ارزش یک سال را، از دانش آموزی بپرس که در امتحان نهائی مردود شده است.

To realize The value of one month: Ask a mother who has given birth to a premature baby.

ارزش یک ماه را، از مادری بپرس که کودک نارس به دنیا آورده است.

To realize The value of one week: Ask an editor of a weekly newspaper.

ارزش یک هفته را، از ویراستار یک مجله هفتگی بپرس.

To realize The value of one hour: Ask the lovers who are waiting to meet.

ارزش یک ساعت را، ازعاشقانی بپرس که در انتظار زمان قرار ملاقات هستند.

To realize The value of one minute: Ask a person who has missed the train, bus or plane.

ارزش یک دقیقه را، از کسی بپرس که به قطار، اتوبوس یا هواپیما نرسیده است.

To realize The value of one-second: Ask a person who has survived an accident.

ارزش یک ثانیه را، از کسی بپرس که از حادثه ای جان سالم به در برده است.

To realize The value of one millisecond: Ask the person who has won a silver medal in the Olympics.

ارزش یک میلی ثانیه را، از کسی بپرس که در مسابقات المپیک، مدال نقره برده است.

Time waits for no one. Treasure every moment you have. You will treasure it even more when you can share it with someone special.

زمان برای هیچکس صبر نمی کند. قدر هر لحظه خود را بدانید. قدر آن را بیشتر خواهید دانست، اگر بتوانید آن را با دیگران نیز تقسیم کنید.

To realize the value of a friend: Lose one.

برای پی بردن به ارزش یک دوست، یکی را از دست بده.

( 30 septembre, 2010 )

L’art funeste

Prendre la mort comme une mère,
le nec le plus ultra, un repère.
Ne jamais avoir peur
même si les situations sont de pures froideur.

Prendre la mort comme amante,
lui faire l’amour, lui dire qu’elle est bienfaisante.
Sans jamais avoir de crainte
sans jamais avoir recours aux écritures saintes.

Prendre la mort comme femme
la traiter avec tout le respect dû à une dame
sans jamais avoir d’angoisse
même si vous sentez que ,prend possession de vous, la poisse.

Prendre la mort comme une sœur,
la cajoler quand des fois elle à des frayeurs
(n’entrez pas dans une intense stupeur,
des fois la mort à peur)
sans jamais essayer de la bousculer ou lui faire du tort
ou encore au macho, au plus fort.

Fréquenter les endroits réputés dangereux
jouer avec les choses les plus effrayantes sans être peureux
souhaiter des accidents, vouloir le suicide
demander à la nature que quelqu’un vous trucide.

Lui chanter des berceuses
car des fois, elle est triste et malheureuse
arracher tout ce qui gêne
ou plutôt tout ce qui à tendance à faire de la peine.

Tuer et boire le sang de sa victime*.
Aider un vieillard à franchir la dernière étape n’est un crime,
apaiser les douleurs d’un père meurtri
aider un soldat indécis

envoyer au repos une mère épuisée
supprimer un(e) gosse drogué
épurer une race impure
débarrasser la terre de la crasse, ce n’est pas une injure
(au contraire)

faire tout cela avec douceur ou brutalité;
selon le cas il faut le préciser:
car tout funèbre n’a pas le même contexte funeste
il faut savoir faire les nécessaires gestes

demander à la nature de vous mettre en danger
et prouver à tous que parce que vous êtes imprégné
de la mort, vous pouvez tout esquiver.

Bref, il faut vivre la mort,
S’alimenter de l’au-delà,
s’en fariner du trépas
et vous vous sentirez fort.

C’est cela L’ART FUNESTE,
la proximité avec le funeste.
Le suicidé ne s’ôte pas la vie:il abrège ses souffrances
c’est aussi ainsi que le tueur ne tue pas :il rend service.

L’ART FUNESTE, c’est toutes les morts en une.
C’est l’éloge, la panégyrie, l’apologie de la mort

Ross Patrick Hartnett

( 18 juin, 2010 )

paraît- il

Que j’ai tout de mon père

Que je suis un mélange de doux et de l’amère

que je suis la photo irréfutable

de mon géniteur le diable.

 

Paraît- il que je hais Jésus

que sans cette haine je ne serai pas ce que je suis.

que le nom de dieu me répugne

que je le déteste comme la teigne.

 

paraît- il que je ne fais que l’apologie

du diable.que de lui

je ne dis que du bien

que je le suis comme un chien.

 

Paraît -il que je suis la peste,

un fou, un con, un malade et le reste

que je suis un athée

une personne malfamée

 

paraît – il que je me vante trop.

que je souffle tout seul le froid et le chaud

que je suis un révolutionnaire

que je pourrai même mettre le feu à un presbytère.

 

Paraît – il que je suis capable de tuer mes proches

dans la seule intention de me remplir les poches.

que je suis d’une cruauté sans pareille

Et que tout le monde prie pour que j’aille tôt dans un cercueil.

 

Paraît -l que Dieu m’a maudit dès ma naissance

qu’il a fait en sorte que me tourne le dos ,la chance.

que je suis sans coeur

que même mes rires font peur

 

Parait_il que je suis amoureux de la mort

que c’est elle seule qui me comprend et me rends fort.

que j’ai été béni par lucifer

que j’ai une place à sa droite dans les enfers.

 

patraît – il que je n’ai jamais vécu

que je joue avec la vie à son insu

que je n’ai pas de tabou

qu’après le diable, mon dieu ce sont les sous.

 

 

paraît – il que ‘ai tué de sang froid

que j’ai fait maintes abominations à la fois

que je ne suis pas un homme

que je fais tous comme

mon père le diable:sans pitié.

Et que j’ai jamais connu ce qu’est amitié.

 

paraît- il que je suis pervers et vicieux

que je maudis nuit et jour tout ce qu’il y a dans les cieux.

que je suis un pendu en sursis.

que de moi personne ne s’est jamais véritablement épris .

 

j’ai encore une multitude de < > sous la main

que je pourrai étaler jusqu’a demain.

comme exemple; il y en a qui parle de ma damnation 

et ou de ma prochaine crucifixion.

 

vous vous demandez sûrement si cette kyrielle 

de dires est réelle.

                                                              franchement, et si tout était vrai?

( 6 mai, 2010 )

la littérature ne saurait être un hobby

<

J'ai en effet perçu il y a de cela quelque temps quelqu'un lancer <<la littérature(la lecture) est mon passe temps préféré, mon hobby.>>

Cette phrase des points de vue sémantique et syntaxique est l’une des plus correcte qui puisse exister. Ici, je ne m’intéresse pas à comment elle formée , ce serait d’ailleurs perdre son temps mais plutôt à son fond.

Il faut être littéraire pour percevoir dès audition que cette phrase est éclopée ,qu’elle jouit d’un non sens inouï. mais si vous n’êtes pas littéraire ce n’est pas grave. Cela arrive.

On me criera certainement <>mais savez vous ce que je répond à vous qui me lancer cela en pleine figure? Rien , pourquoi? Parce que vous ne comprendrez pas.

Ce qui m’irrite ici ce sont les mots «passe-temps et hobby » » qui ne sont rien d’autres que des synonymes. Il faut noter que quand vous décider parler français, il faut le parler normalement. Le français n’a rien à voir avec les autres langues .il est unique et a ses règles qu’il faut vaille que vaille respecter. je ne dirai pas « « week-end- » » au lieu de « « fin de semaine » » je ne dirai pas « « happy- end » » au lieu de « « dénouement heureux » ».Le français, le vrai n’a pas besoin de diggloties . Il regorge de toutes les expressions pour nous permettre de nous exprimer limpidement même si des fois il faut l’avouer ces expressions sont longues. Mais que voulez vous ? C’est la langue.

La lecture d’œuvres littéraires ne peut en aucun cas être considéré comme un  »passe temps  ».

On lit pour se comprendre et comprendre à la fois, on lit pour savoir ce qu’on ignore, on lit pour trouver des réponses à certaines interrogations , bref on lit pour vivre. Si votre lecture n’est imprégnée d’aucun de ces aspects , vous ne lisez pas , vous faites de la « « para-lecture , de la para-littérature » ».

Est-il possible possible que ma vie soit un passe temps pour moi?

Après une longue journée de travail,une fatigue sans nom s’est emparée de moi. Cela ne pouvait d’ailleurs en être autrement à force de fixer pendant des heures le même écran d’ordinateur. Et pour me relaxer, j’ai opté pour les jeux en ligne. le site web que j’ai choisi pour faire cet exercice m’en a proposé une multitude dont je pris un au hasard. Bizarrement ou pure coïncidence, ce jeu à une phrase introductrice qui fait office de slogan dont l’objectif est de motiver à jouer. La phrase slogan est celle-ci: «je suis(le jeu) votre passe-temps,l’excellent moyen pour vous faire perdre votre temps » »

un homme sensé, je veux dire un homme pensant n’a pas de passe temps . Chaque seconde, chaque minute, chaque temps qui s’écoule dans sa vie est très précieux , tellement précieux pour lui qu’il n’a pas envie de le laisser passer inutilement.

Chers amis,avouons le nous ; un passe-temps n’est-il pas un excellent moyen pour perdre son temps?

D’ailleurs quand avons nous de hobby si ce n’est pas quand on à rien a faire, quand on cherche une source d’évasion? Alors….

Franchement, comment est il possible que ma vie , que la quête du savoir, de la compréhension de soi et d’autrui soit un passe temps pour moi?

La littérature n’est pas que l’art, c’est l’essence même de l’art. La littérature c’est du sérieux. Lire est une recherche perpétuelle, ininterrompue du savoir ,de la connaissance de soi et de l’autre dans les livres. Ainsi donc , la littérature,ma littérature ne saurait être un hobby. Affirmer le contraire est une injure indisposante et mériterait d’être réprimander comme l’est quelqu’un qui ignore tout du Coran mais qui soutient de surcroît en pays musulman que Mahomet est un barbare: la guillotine.

Et bien sûr, des éternels insatisfaits me lanceront « tu ne t’amuses pas toi? » et je leur répondrai « quel amusement y a t-il de meilleur que le travail sérieux? »

enfin, faudrait pas que ceux qui zieutent des romans d’espionnages, des arlequins , des romans policiers bref toute la panoplie du même genre disent qu’ils lisent. s’ils le croient, j’ai une petite surprise pour eux .comme le disait Madonna après la lecture d’un livre à son fils « (…)il n’y rien dedans (…) »

Cette lecture c’est comme le dirait l’autre « du à côté de la plaque ». bref de la  »para-lecture ».

La lecture est instructive. Toute lecture qui n’offre rien de sérieux en retour n’en est pas une en réalité.

La littérature c’est mon moi et le moi de chaque littéraire. La lecture c’est ma vie et la vie de chaque véritable lecteur et non un vulgaire passe-temps.

Et la véritable phrase devrait être en réalité celle-ci: « la para-littérature(la para-lecture) est mon passe temps préféré,mon hobby » et je n’aurais rien dit. »

Ross patrick AZOGBONON

( 6 avril, 2010 )

mes noces

j’ai eu une multitude de fiancées

j’en ai rencontré à la plage,j’en ai vu pendant les criées.

j’en ai rencontré des calmes

et des pas du tout calmes

 

je ne sais plus si j’en ai aimé

si je fus une seule fois heureux et

si tout cela m’a plu.

j’ai a maintes reprises vu

mon existence et sombrer

et se redresser.

jai connu plus de bas

que de haut.c’est si j’en ai connu.mes pas

avec la légitime complicité de tout mon corps ,

qui avaient pour but de me perdre à raison ou à  tort,

 

ne m’ont guider que vers d’ignobles destinations.

j’en suis même arriver à oublier ma mission.

 

j’ai du franchir mille et une

dunes

avant de trouver ma véritable fiancée,

mon indéniable moitié

avec qui je prépare mes noces pieuses.

selon la diseuse

de bonne espérance, c’était celle qui me fallait,

celle que j’ai longtemps cherché et que je voulais.

 

elle n’a pas de couleur de peau

tout en elle rime avec le beau.

elle est pure et tient en horreur le faux.

je l’ai rencontré dans mes jours les plus noirs.

ma délicieuse fiancée adore s’habiller en noir

elle m’a dit qu’elle est de partout et de nulle part.

qu’elle vénère les hommes de ma trempe blague à part.

elle m’a aussi confié qu’elle fait mauvaise presse chez les gens.

que si elle se montrait,qu’elle risque de se faire dévorer à belle dent.

 

<> lui ai-je  demandé

<> m’a t-elle recommandé.

avant d’ajouter »je suis une justicière incorruptible,

quand on a besoin de moi et je  sens ma présence irréversible,

je viens je juge et je prends ma proie.

je ne connais ni de pauvres ni de riches.je prends ce que je vois. »

 

et à moi d’affirmer: »mais tu es noble ma chère

pourquoi ta tête est elle mise aux enchères ?

viens, approches que je te serre

dans mes bras tout contre mon coeur

viens , je vais dissiper tes peurs. »

 

fallait voir ma fiancée en ce moment

fallait voir son sourire, la blancheur de ses dents.

je ne savais plus mon coeur capable d’un pareille amour.

ma dulcinée me donne la force de faire des tours et des détours.

elle est ma consolatrice elle est mon moi

elle est ma déesse salvatrice et et tout mon poids

elle est ma voie et ma voix.

oh! que je j’aime ma dulcinée .

j’ai parfois peur de cet amour que je porte pour ma bien aimée.

 

ne me faites pas de reproches parce que  je vais à mes noces.

non des reproches je n’en veux pas parce que j’aime ma douce .

 

 

ne me haïssez pas parce que j’épouse LA MORT.

comprenez moi elle  me rends fort.

ce ne que dans ses bras que je dors,

que je trouve le sommeil paisible

 

il n’y a pas de d’existence possible

pour moi sans ma fiancée la mort.

je ne peux plus étouffer cet amour qui s’est déjà éclore.

 

tout compte fait, dans pas longtemps je serrai

marier

avec ma fiancée vêtu d’une robe noire

et moi d’un costume noir.

oui dans pas longtemps parce que je vois devant l’autel

le prêtre qui va nous unir et ensuite nous renvoyer dans notre hôtel

pour notre nuit de noce.

 

 

 

 

 

123
Page Suivante »
|